Une journée de sensibilisation, d’information et d’implication du grand public dans la préservation des écosystèmes naturels et la valorisation durable des biens et des services qu’ils offrent s’est tenue, hier, à la ferme pédagogique d’Alger, et ce, à l’occasion de la célébration du 76e anniversaire des Nations unies.

Sous le thème «La forêt au cœur du développement durable», l’événement a été conjointement organisé par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, à travers la Direction générale des forêts, et le Système des Nations unies en Algérie. «Il ne s’agit pas d’un simple slogan pour les Nations unies, mais plutôt d’une conviction», a d’abord affirmé Alejandro Alvarez, coordonnateur résident de l’ONU. «Nous sommes persuadés que les forêts contribuent largement à atténuer les changements climatiques et aident des millions de personnes dans le monde, pour ne pas dire des milliards, à subvenir à leurs besoins en nourriture et médicaments, grâce aux plantes médicinales», a-t-il précisé.

De son côté, Ratiba Sengui, chargée de programme de la représentation de la FAO en Algérie, a souligné l’importance majeure de la conservation et la gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement, annonçant au passage qu’un projet, financé par le Fonds mondial pour l’environnement et qui concerne 3 sites pilotes, à savoir Jijel, Béjaïa et Tlemcen, va incessamment être lancé.

Une opportunité

Selon elle, travailler sur ces écosystèmes, fragilisés par l’action anthropique, est une opportunité. «Ce projet va justement permettre de mettre en œuvre tout ce qui est politique de gestion durable, stratégies et plan d’action avec les partenaires nationaux mais aussi avec la population», a-t-elle expliqué.

La célébration à été marquée par une action de plantation de 17 espèces végétales représentant les 17 Objectifs de développement durable, répartis selon les 5 domaines clés (les 5P) des ODD de l’Agenda 2030 des Nations unies, à savoir la planète, le peuple, la prospérité, le partenariat et la paix. Cet aménagement a pour vocation de montrer le rôle primordial de la forêt sur le plan environnemental, économique et social.

A cet effet, Mme Chaib, inspecteur des forêts et paysagiste, explique : «Nous avons aménagé l’espace nécessaire à cette action. Chaque carré a été dédié à un arbre spécifique (magnolia, caroubier, pin d’Alep, pin pignon, cèdre de l’Atlas, l’olivier, le châtaigner, l’arganier…) pour représenter les 17 ODD des Nations unies. La ferme prendra en charge l’entretien de ces plantations.»

Par ailleurs, et en marge de la cérémonie, Mme Sengui a tenu à énumérer les nombreux projets mis en route pour la conservation et la protection de l’environnement. «Nous travaillons sur le programme de réhabilitation du barrage vert. Nous avons d’ailleurs un projet d’assistance technique d’accompagnement avec la Direction générale des forêts, qui va nous permettre de mettre en place tout le package et tous les documents nécessaires pour soumettre le projet au Fonds vert climat», précise-t-elle. Ajoutant fièrement au passage que le projet qui concerne la gestion intégrée des Bibans (Bordj Bou Arréridj-Béjaïa) avec ses deux zones pilotes (Ighil Ali et Theniet Ennas) vient d’être présenté au Fonds pour l’environnement.

Par ailleurs, Mme Sengui a expliqué qu’un projet qui concerne la lutte contre les incendies de forêts est également mis en route. «Nous avons fait un diagnostic national qui nous a permis, à travers des concertations avec tous les partenaires nationaux et onusiens, d’élaborer le document de gestion intégrée des forêts (GIF).

Il s’agit d’un document important et indispensable qui permettra d’avoir une visibilité sur les prochaines étapes à prévoir pour lutter contre les feux de forêt», conclut-elle.


Post Views:
0




Source link