Le Haut représentant de l'Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Joseph Borrell
Le Haut représentant de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Joseph Borrell

BRUXELLES (TAMURT) – Le Haut représentant de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Joseph Borrell, a enfin réagi, ce lundi 12 juillet, à la lettre d’interpellation qui lui a été adressée, le 24 mai dernier, par le président du MAK, Ferhat Mehenni, sur le classement de ce mouvement indépendantiste kabyle comme « organisation terroriste » par l’Etat algérien.

Dans un courrier datant du 12 juillet dernier, M. Borrell dit avoir suivi avec attention cette affaire. « Je vous remercie de votre lettre du 24 mai 2021 concernant « l’accusation fallacieuse de l’Algérie contre le MAK » (…) Nous avons suivi avec attention le classement du MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie) en tant qu’organisation terroriste par les hautes instances algériennes », lit-on dans la réponse du diplomate européen, publiée, hier, par l’agence d’information Siwel. L’Union Européenne ne passera pas sous silence cette affaire liée au respect des valeurs démocratiques a laissé entendre M. Borrell dans sa réponse. « Le respect des principes de la représentation démocratique, des droits et libertés et de la démocratie participative sont garantis par la Constitution algérienne et constituent des éléments importants des relations UE-Algérie, tel que reflété dans l’Accord d’association et renforcé par les Priorités de partenariat. En conséquence, nous les abordons régulièrement avec les autorités algériennes à Bruxelles et à Alger », a-t-il souligné.

Ainsi, l’on s’attend dans les semaines ou mois à venir à une interpellation officielle des autorités algériennes par l’Union Européenne concernant l’accusation infondée et farfelue portée contre le MAK comme « organisation terroriste ». Même si la Constitution algérienne garantit le respect des principes démocratiques, sur le terrain c’est tout autre chose. En effet, les droits fondamentaux sont bafoués et piétinés. En tous les cas, cette première réponse officielle de M. Borrell au MAK constitue en elle-même une victoire pour les indépendantistes et un désaveu pour l’Algérie.

Arezki Massi



Source link