La coopérative théâtrale Edik dirigée par les Bensmicha, père et fils, a présenté samedi, en avant-première, son spectacle de rue intitulé El Gafla (La Caravane) dans le hall du Théâtre régional de Sidi Bel Abbès.

Le spectacle conçu et mis en scène par le comédien Hocine Bensmicha est l’aboutissement d’un partage d’expériences entre un groupe de randonneurs et les animateurs du musée de marionnettes Ghandja que dirige le duo Hocine et Kada Bensmicha. Exécuté en deux temps, ce spectacle d’une heure, servi par sept personnages, prend forme dans la rue, à partir de la place publique ex-Carnot qui fait face à l’édifice théâtrale.

Dans leur accoutrement de randonneurs, les sept personnages d’El Gafla marquent une pause, rentrent en ville, avant d’occuper l’espace circulaire du hall.

El Gafla est un spectacle qui s’inspire de l’œuvre de Hans Christian Anderson, plus précisément du conte Les Habits neufs de l’empereur, un magnifique récit sur la vanité, explique Hocine Bensmicha. Hans Christian Andersen, orphelin à onze ans, part seul à quatorze ans chercher fortune à Copenhague. Il est tenté par le chant, le théâtre puis la danse et travaille quelque temps pour le directeur du Théâtre Royal, qui financera plus tard ses études.

Dès 1822, Andersen commence à publier ses premiers textes dont Promenade du canal de Holmen à la pointe orientale d’Amagre. Il obtient son premier succès l’année suivante avec Reflets d’un voyage dans le Harz, récit d’un voyage en Europe. «El Gafla est d’abord un hommage aux troubadours de nos lointaines contrées, goualas et autres conteurs que nous tenons à perpétuer la tradition», soulignent les animateurs de la coopérative Edik.

Côté spectacle, Kadid Khalil Brahim (l’Empereur), Khamichi Amine (le serviteur de l’Empereur), Bougoufa Amine (gardien), Ouadi Attou, Sellami Hichem et Hajine Zouaoui (couturiers de la cour) ont enchaîné des tableaux musico-chorégraphiques rythmés par des percussions au tambour et entrecoupés de chants composés par Hocine Bensmicha. D’autres instruments musicaux ont été également mis à contribution, tels le karkabou (castagnettes), le bendir et la guitare. «Dans le spectacle, j’ai choisi de me mettre en retrait en choisissant le rôle du guitariste.

A travers cette expérience, je voulais surtout mettre en valeur le talent de jeunes comédiens dont c’est la première expérience scénique», ajoute notre interlocuteur. El Gafla, dira-t-il, «est le fruit de trois mois de travail, de répétitions, dans les locaux du musée Ghanja et dans le Petit théâtre romain du lac de Sidi M’hamed Benali, à la sortie de la ville».

Selon les concepteurs d’El Gafla, la confection des costumes, accessoires et les éléments de décor ont été gracieusement offerts par des associations de randonneurs qui ont contribué à la réussite de ce spectacle après avoir visité le musée Ghanja. Un musée qui propose à ses visiteurs de découvrir les nombreuses facettes d’un art aux origines multiples. Véritable grotte d’Ali Baba, ce haut lieu de la marionnette, sis au quartier de Sidi Djilali (Sidi Bel Abbès) compte plus de 300 pièces ramenées des quatre coins du monde : Philippines, Venezuela, France, Benin, Mexique, Inde, Italie, Allemagne… Il constitue également un lieu de rencontres culturelles alternant soirées poétiques et spectacles pour enfants.

La coopérative Edik sera prochainement en tournée à Tizi Ouzou (Beni Yenni) et participera au prochain Festival du conte de Tunis, à compter du 23 décembre.


Post Views:
23




Source link