[ad_1]

KABYLIE (SIWEL) — Les partis FFS et RCD le répètent à satiété, il n’y aura de salut pour la Kabylie que dans le cadre de « notre nation »; sauf que le miracle algérien s’est transformé en cauchemar pour la Kabylie, et en une régression dangereuse dans tous les domaines pour cette nation. Compter sur son système pour améliorer son quotidien et apporter quelques solutions aux problèmes restés en souffrance depuis 60 ans, notamment de l’identité, de la laïcité et de la démocratie relève d’une illusion car sûr des choix qu’il a imposé au pays, du soutien de beaucoup d’algériens s’agissant de l’identité arabe de « leur pays », et à cause de l’idéologie ambiante arabo-islamique rétive à tous réels changements malgré des soubresauts sans lendemains. Et nous l’avons souvent constaté, abreuver à l’idéologie arabo-islamique une population algérienne biberonnée au racisme anti-kabyles souvent assimilés aux juifs, qui n’est pas sans nous déplaire du tout, mener des rafles souvent meurtrières et même brûler notre terre , cela suffit à leur bonheur et calme leur agressivité. 

Les leaders de ces partis exercent une certaine influence sur un cercle de fans, toujours le même car la neige a fini de fondre, et le tableau devant nos yeux n’est pas réjouissant de ce qu’ils ont semé, Ait Ahmed et Said Sadi, réduisant leur deux partis en cercles de retraités inamovibles achetant et vendant des postes éphémères de députés, sénateurs ou maires avec les subsides de l’Etat en compensation, plus de leur « gérance » en vain, de la Kabylie afin de l’amadouer, la calmer et l’amarrer à cet Etat crapuleux dont ils n’ignorent pas ce qu’il lui fait subir comme répression, acculturation et négation de sa culture et de son histoire, que réviser leur politique et faire front pour un changement salutaire en vue de son droit à l’autodétermination, conforme aux voeux portées par les kabyles , inscrit dans la charte de l’ONU sur les droits humains et reconnu par cet Etat lui-même, Mais, compter le nombre « d’élus » octroyés par ce pouvoir criminel, quel que soit le coût , y compris cramer notre terre et en commettre des assassinats, voilà l’essentiel.

Ces messieurs du FFS et RCD dont les discours et les interviews n’intéressent que peu de gens en Kabylie et encore moins en Algérie, ne s’avouent pas inutiles pourtant, même lorsque leurs partis ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes aujourd’hui; alors ils s’essayent à un autre niveau en déplaçant les débats au niveau régional nord africain – remarquez je ne dis pas maghrébin, dit Said Sadi comme pour se justifier, qui invite les intellectuels des trois pays Algérie, Maroc et Tunisie en tant que noyau dur avant de rallier la Mauritanie, la Libye et pourquoi pas la république sahraoui démocratique, hem, pour débattre dans des réunions, des conférences, des forums, des assises, et toutes ces choses. Sachant que les kabyles et les algériens ne les ont jamais écoutés que d’une oreille distraite, sinon on aurait eu un début de quelques choses de réussies, on se demande alors qui va les écouter et accepter de les suivre dans cette entreprise ingérable à plusieurs, alors qu’en Kabylie ils n’ont jamais trouvé un projet, une idée à défendre en commun, et non plus en Algérie avec d’autres qu’ils fréquentent à la buvette de l’assemblée « élue » par le pouvoir au vu et au su de themselves et de leurs faux élus- confrères. Pourtant Ait Ahmed, défenseur impénitent de la démocratie, est passé par là, mais tout auréolé de son titre de héros de la révolution qu’il est, il n’a jamais réussi à faire bouger les lignes. Et tout récemment , nous avons vu « vos amis du Hirak, » toutes tendances, réunis en conclave, et depuis, comme pour confirmer la sentence de Ibn Khaldoun , ils se sont réunis pour ne plus se réunir; ils sont aujourd’hui en débandade, disparus, reclus.

Alors pourquoi le défi démocratique et même économique et culturel, ne peut être relevé que s’il est appréhendé au niveau régional nord africain? Dieu seul le sait et les voies du seigneurs sont impénétrables. Mais il n’y a pas meilleures voies pour ces débats de s’enliser , et pour ces problèmes de s’éterniser jusqu’en l’an 3000 , si le temps ne vire pas à l’orage bien sûr. Et cependant, la Kabylie souffre, se décompose et se déculture en accélérée eu égard aux moyens pesants déployés par le pouvoir criminel. Cela, les camelots FFS et RCD ne l’ignorent pas, mais ce positionnement leur permet de végéter et bavasser avant de sombrer dans le théâtre de marionnettes ou l’oubli.

L’idée d’indépendance de la Kabylie les tourmente profondément car c’est un projet de grande dignité mais malheureusement prônée par un autre, le MAK , leur ennemi préféré; alors ils cherchent une marotte aux kabyles, les distraire et occuper leur esprit ailleurs, et bien entendu donner du répit, une rallonge au pouvoir crapuleux, d’autant qu’ils recommandent de ne pas le provoquer ou le harceler car « notre nation » est en danger, danger qu’on invoque pour enterrer ou repousser tous débats sur cette question majeure soulevée par la Kabylie.

Pourquoi tout ce cirque autour de cette fausse nation, de cet Etat qui nous représente que pour nous réprimer, emprisonner, humilier, tuer? mais nos bonimenteurs ont un problème avec le MAK qu’il faut étouffer coûte que coûte, alors que le MAK lui, a profondément ressenti la blessure, l’humiliation, l’injustice de ce pouvoir et ne voit de vraie solution que dans l’indépendance de la Kabylie. Il faut donc briser les tabous qui ont ankylosé nos esprits depuis l’union sacrée contre un colon que les kabyles croyaient être le seul, le français, mais la suite a dévoilé un autre plus malin, plus raciste, plus exterminateur, qui utilise la religion supposée être LA nôtre et la langue arabe supposée de Dieu car du Coran, à des fins de reniement de soi pour les naïfs kabyles, aidé en cela par la participation à la mascarade démocratique électoraliste , qui prête à rire sinon au tragique, de ces messieurs démocrates de profession aux discours inaudibles car stériles et inutiles depuis tant d’années, sous les regards  narquois de la mafias du pouvoir.

Leurs discours récurrents rythment, une année après l’autre, la marche forcée de cette entreprise de destruction de notre société, menée sans modération à travers un réseau de mosquées à nul autre pareil, subventionné par des officines alliées du pouvoir, l’école pour travestir la langue de nos enfants en même temps que falsifier notre histoire, et la télévision et autres moyens de propagande ne sont pas en reste pour amplifier cette entreprise criminelle » ».

Mais apparemment cette macabre situation dans laquelle se démène la Kabylie, niée dans son identité, réprimée sous toutes les formes pour ce qu’elle est, et ostracisée économiquement, ne nécessite pas de prendre en considération sa spécificité singulière dans ce pays; c’est ce qu’ont toujours défendu nos deux partis bonimenteurs en omettant sciemment de dire ce qu’il en est de la spécificité arabe dont ils ne parlent pas. Faut-il comprendre qu’ils la considèrent incontournable, au dessus du lot, appelée à régner comme Dame patronnesse sur un ramassis d’autres spécificités et donc la nôtre?

Le  » je suis kabyle  » ne doit plus se dire qu’autour du kanoun dans la discrétion et la pénombre de la lampe à pétrole? Pourquoi s’incliner devant l’arabe, son identité?  Le kabyle est-il un être inférieur? Si ce n’est pas le cas,  on doit alors vite se lever comme un seul homme et proclamer orbi et urbi que nous sommes, comme tous les hommes, libres en tant que kabyles et que vivre sous une identité d’emprunt de l’Algérie française à l’Algérie arabe, cela suffit; et LÀ , DOIT PRENDRE FIN TOUTE FORME DE DOMINATION ET QUE LA KABYLIE REPRENNE SON STATUT DE NATION LIBRE ET INDEPENDANTE.

Ce n’est pas en épiloguant sur le substrat amazigh de l’Afrique du Nord pour titiller la fierté des kabyles que le FFS et RCD s’exonéreront d’avoir minimisé le sort funeste programmé depuis 1962 à l’encontre de la Kabylie. Une Amazighité de façade que tout le monde acquiesce du menton, mais tout le monde rejette sans façon, sans réserve, car derrière le mot amazigh les arabophones comprennent kabyle et ça ils ne l’acceptent ni l’accepteront jamais; ni comme une quelconque apparenté avec nous, ni comme langue à l’école pour leurs enfants. Je ne sais si cela peut leur insuffler un peu de fierté pour revoir leurs positions à l’égard de nos voisins et revenir enfin à la maison, mais le FFS est resté fidèle à l’ambition de feu Ait Ahmed d’œuvrer à la réalisation du Grand Maghreb Arabe, et Monsieur Said Sadi n’a pas moins d’ambition, comme il l’a répétée il y a quelques semaines, d’ancrer la Kabylie dans l’ensemble Nord Africain arabe ( ? ), non, non,  adossé à son socle amazigh dit-il;  comme si cela peut changer quelque chose en le disant, connaissant l’hostilité sans borne des arabophones à notre égard. Et il confirme la fermeté du pouvoir et sa surdité, qui n’a jamais cédé sur rien de tangible, en avouant que c’est ce pouvoir qui octroie leurs lots d’élus, et les deniers qui vont avec pour leur entretien,  ajoutant  » j’ai passé toute ma vie à lutter mais les autorités de ce pays s’en foutent éperdument « . Et c’est là qu’en tant que citoyens de base on se dit  » puisque ce pouvoir ne peut évoluer d’un iota au risque de mourir, et donc qu’il n’a qu’une alternative qui est de se maintenir par tous les moyens, pourquoi donc vous, FFS et RCD, continuez à lui donner une façade démocratique »?  alors qu’il suffit d’un geste courageux mais digne, retrouver le sens de la liberté oubliée, cesser d’être des porte-voix d’autrui, faire connaître la voix de nos collines et s’aligner avec les indépendantistes pour aller à la reconquête de tout ce qui nous a été ravis depuis des lustres :l’indépendance, notre histoire, notre identité, notre langue, nos poètes et écrivains d’hier et d’aujourd’hui, notre façon de vivre, de croire ou pas, avec toujours cette main tendue aux peuples du monde. Pourquoi alors cette acharnement à défendre l’indéfendable, une nation en constante détérioration des valeurs premières par une idéologie arabo-islamique érigée en beauté paradisiaque mais qui constitue la source de l’avilissement de toute la société ainsi que sa déculturation; mais étant la raison d’être de cette fausse nation, fermée, bloquée, elle est sous les yeux vigilants de tous les moyens de l’Etat pour que nul n’en disconvienne.

Quelqu’un que vous connaissez, qui a fait le même constat que vous de la faillite du système algérien, n’a t-il pas finalement raison et n’a t-il pas montré le chemin, le seul, qui peut sortir la Kabylie du labyrinthe dans lequel le FFS et RCD l’avaient poussé ou laissé agoniser? montrez-vous capable d’évoluer et rejoignez ce chemin avant que cette nation ne se retourne contre vous et vous rejette comme la mer rejette les cadavres. Rappelez-vous que cet homme avait déclaré un jour que la présidence de l’ANAVAD était destinée à Said Sadi, preuve s’il en est qu’il ne souffre d’aucun complexe et que seul compte pour lui le devenir de la Kabylie digne, libre et prospère.

Un devenir de la Kabylie sous la menace permanente et déstabilisante du projet arabo-islamique de tous les anti-kabyles algériens qui s’échinent depuis l’avant 54 à assiéger la Kabylie pour la détruire, l’étouffer, l’empêcher à jamais de renaître, de faire vivre sa culture et sa langue et prospérer. Dans cette nasse arabo-islamique, la démocratie et la tolérance n’existent nul part que dans leurs discours grandiloquents. Il y a ceux qui en parlent et en font usage d’écran pour leurrer et faire du trabendo fructueux avec le pouvoir crapuleux, et il y a ceux qui s’attaquent aux vrais problèmes, qui recherchent les véritables solutions qu’ils savent ardues, mais inévitables de quelques côtés où l’on se tourne, car il est question de vie ou de mort de tout ce que représente le mot kabyle et au delà, l’amazigh, ceux-là sont le MAK et ses amis indépendantistes.

 Hocine O.

SIWEL 221955 JAN 22

[ad_2]

Source link