Le tribunal de Dar El Beida (Alger) a condamné jeudi 18 février, à la peine capitale Malek Hamzaoui, principal accusé dans l’assassinat du ressortissant et alpiniste français Hervé Gourdel, en septembre 2014. Les six autres accusés poursuivis dans cette affaire, pour non dénonciation de crime et hébergement, sans autorisation, du touriste français ont été acquittés.

Le parquet avait requis la peine capitale pour Malek Hamzaoui, un des ravisseurs présumés de M. Gourdel. Sept autres djihadistes jugés par contumace ont été condamnés à mort.

Les cinq accompagnateurs du guide français et un sixième prévenu, poursuivis pour ne pas avoir informé à temps les autorités de l’enlèvement, ont été acquittés.

Au total, 14 personnes étaient poursuivies dans cette affaire: huit jihadistes présumés, dont sept jugés par contumace, pour son rapt et sa décapitation et six autres pour non-dénonciation de crime.

Le principal accusé âgé de 36 ans, a nié devant le tribunal, avoir participé à l’enlèvement et à l’assassinat du guide de haute montagne enlevé et décapité par des jihadistes en Kabylie en 2014. Le prévenu a affirmé qu’on l’accusait pour “boucler ce dossier et faire plaisir aux Français”.

Les accompagnateurs d’Hervé Gourdel acquittés

Les avocats des accompagnateurs de l’alpiniste français ont demandé leur acquittement, estimant qu’ils étaient avant tout des victimes de kidnapping et arguant qu’ils avaient informé la première caserne militaire, située à 12 kilomètres du lieu de l’enlèvement, dès qu’ils avaient pu prendre leur voiture.

Parmi les six accusés jugés pour non-dénonciation figuraient les cinq accompagnateurs algériens d’Hervé Gourdel : Karim Oukara, Hamza Boukamoum, Oussama Dehendi, Amine Ayache et Kamel Saâdi, enlevés avec lui mais relâchés au bout de 14 heures. Le parquet avait requis trois ans de prison ferme et une amende de 100 000 dinars à leur encontre.

Pour rappel, Hervé Gourdel âgé de 55 ans, pédagogue et formateur de guides de montagne s’était rendu en Algérie à l’invitation de ses hôtes et accompagnateurs, pour explorer un nouveau site d’escalade dans le massif touristique du Djurdjura en Kabylie.  il avait été kidnappé le 21 septembre 2014.

Le groupe terroriste Jund al-Khilafa avait menacé de l’exécuter si la France ne renonçait pas à ses frappes contre l’EI en Irak. La vidéo de sa décapitation diffusée trois jours plus tard avait provoqué un énorme choc en France et en Algérie.



Source link