Rencontre FFS avec le président Tebboune au palais d'El Mouradia
Rencontre FFS avec le président Tebboune au palais d’El Mouradia

TAMAZGHA (TAMURT) – Finalement, la direction nationale du Front des Forces Socialistes (FFS) a cédé à la pression qu’a exercée sur elle la base militante qui n’a pas cessé, depuis des semaines, d’exprimer par divers moyens, son rejet d’un éventuel choix qui stipulerait que le parti participerait aux élections.

Le FFS, par la voix de son Premier secrétaire, Youcef Aouchiche a donc annoncé officiellement hier qu’il allait boycotter les élections législatives anticipées du 12 juin 2021. Il a fallu tenir en haleine tous les observateurs pendant des semaines pour qu’enfin le FFS rende publique sa résolution concernant le sort à réserver à ce vote controversé.

La direction du FFS était pourtant partie pour prendre part à ces élections après un rapprochement presque public avec le pouvoir, version Abdelmadjid Tebboune. Mais compte tenue de la pression énorme exercée sur la direction du parti par des militants voire par des cadres de tous les horizons, la direction du FFS a pesé le pour et le contre et a fini par se rendre compte qu’un éventuel choix de participer à ce vote sera synonyme, ni plus ni moins, d’un suicide politique pour cette formation politique. Car, en plus de la base militante du FFS, prête à se rebeller à tout moment contre les choix insensés des responsables actuels, il faut rappeler que le climat général qui règne depuis plus de deux années en Kabylie, ne permet point la tenue d’une élection de façon ordinaire.

Malgré le fait que la décision du FFS de boycotter les législatives anticipées du 12 juin 2021 ait été prise sous l’effet de la contrainte et qu’elle est loin d’être un choix libre, il n’en demeure pas moins, qu’elle est à saluer car elle éviterait un conflit inutile à la Kabylie qui a pendant longtemps payé un lourd tribut.

Idir Tirourda



Source link