[ad_1]

Aksel Bellabbaci
Aksel Bellabbaci

KABYLIE (TAMURT) – Le régime autoritaire algérien accentue sa répression féroce en Kabylie. Sa nouvelle stratégie est de s’en prendre aux familles des leaders kabyles pour les pousser à renoncer à leur lutte pacifique pour l’Autodétermination de la Kabylie. Ce régime de terreur s’emploie aussi à terroriser la population kabyle par des perquisitions musclées et des kidnappings de militants. Hier, la junte militaire s’est particulièrement attaquée à la famille du militant Aksel Bellabbaci, un cadre du MAK. Avant lui, un jeune de l’URK à Tuvirett et au cousin du président du MAK, Sofiane Mehenni, a été arrêté au mois de septembre dernier à Iloula Oumalou et placé sous mandat de dépôt à la prison de Koléa.

Le village de Tala Athmane, sis à 16 km à l’est du chef-lieu de la ville de Tizi Wezzu, était assiégé hier par les forces d’occupation algériennes. Elles ont pris pour cible la famille du cadre du MAK, Aksel Bellabbaci, Chargé de mission auprès du président de l’Anavad. C’est lui-même qui a donné l’alerte via une vidéo postée sur le net. « J’ai juste un message à faire passer rapidement. A l’heure que je vous parle (dimanche 05 décembre, NDLR), la gendarmerie et la police sont au village de Tala Athmane. Elles ont débarqué chez mon frère et notre domicile familial. Ils ont embarqué mon frère ainé Madjid, qui est un fonctionnaire à l’université de Tizi Wezzu », a déclaré Aksel Bellabbaci. Père de quatre enfants, dont une fille gravement atteinte du cancer, Madjid B. travaille depuis 40 ans à l’université de Tizi Wezzi. « C’est un homme irréprochable », a témoigné ce cadre du MAK à propos de son frère interpellé hier, tout en affirmant que ces pratiques maffieuses du régime algérien n’altéreront aucunement sa détermination. « Si vous pensez que c’est par ces pratiques que vous arrêterez notre lutte, sachez que vous vous trompez lourdement. Si vous croyez que c’est par cette répression que vous allez terroriser le peuple kabyle pour qu’il renonce à son combat, vous vous trompez. Cela ne nous fait pas peur. Nous sommes déterminés. Nous irons jusqu’au bout. Nous sommes prêts à sacrifier nos vies pour la Kabylie », a-t-il souligné. Aksel Bellabbaci a insisté dans son intervention sur la sincérité du combat des indépendantistes. « Nous ne cherchons pas des intérêts personnels. Notre combat est sincère (…) Même si vous arrêtez mon frère, ma sœur ou même ma mère, notre combat continuera. Nous luttons pour notre honneur, alors que l’opprobre est votre partage. Ce sont vos visages qui seront couverts de honte », a-t-il lancé à l’adresse du régime algérien et de ses forces de répression.

Par ailleurs, ce cadre du MAK soutient que la Kabylie finira par triompher face à cette répression aveugle. « Un jour, le peuple kabyle se réveillera et tel un fleuve vous emportera tous. Tôt ou tard, la Kabylie aura son indépendance, malgré vous. C’est une question du temps. Tous ceux qui commettront des crimes contre la Kabylie le payeront un jour », a-t-il promis, tout en précisant que cette affaire ne concerne pas uniquement le MAK, mais tout le peuple kabyle. « Il (le régime) ne fait pas de différence entre un militant du MAK et un autre kabyle », a-t-il averti. A noter que trois autres militants de Tala Athmane ont été aussi arrêtés hier. Parmi eux figure Hocine Moula, enseignant de langue amazighe en retraite et journaliste à « La Dépêche de Kabylie », un quotidien qui ne parait plus depuis mai 2020. La gendarmerie algérienne a opéré une perquisition à son domicile familial et a procédé à son interpellation.

Arezki Massi

[ad_2]

Source link