Le président de la JS Kabylie Yazid Iarichene a passé la nuit du mardi au mercredi 20 octobre 2021 en garde à vue. Il y a été placé en attendant sa présentation prévue pour ce mercredi devant le procureur de la République. C’est ce qu’ont indiqué des sources concordantes, affirmant que le président des Canaris est accusé d’agression sur un policier.

Selon les mêmes sources, Yazid Iarichene a été arrêté dans la nuit du lundi au mardi à Alger, vers 2 h. Il a été appréhendé au niveau d’un barrage de la police lors d’une simple opération de contrôle qui a finalement mal tourné. Yazid Iarichene était au volant de sa voiture en compagnie du joueur Chamseddine Harrag et son agent Nassim Saadaoui. Les trois personnes étaient en négociations en vue de la venue de ce joueur à la JSK, affirme-t-on.

Au niveau du barrage fixe des services de sécurité, un des policiers aura demandé une autorisation de circuler à cette heure de confinement sanitaire pour le président du club kabyle. Ce dernier qui ne possédait pas ce fameux sésame a tenté ensuite d’expliquer au policier les raisons de sa sortie. L’agent des services de l’ordre, soutiennent les mêmes sources, « n’a rien voulu entendre » et continuait à réclamer l’autorisation.

Une simple opération de contrôle qui a mal tourné pour Yazid Iarichene

Les choses se sont envenimées ensuite. Une altercation entre les deux hommes s’en est suivi. Certaines sources qui ont rallié l’information dans la soirée du mardi soutiennent que le président de la JSK s’en est pris physiquement au policier qu’il aurait agressé. C’est ainsi que Yazid Iarichene, fraichement porté à la tête du club le plus titré d’Algérie, a été arrêté et conduit dans un commissariat à Alger. Chose qui n’a pas été pour plaire aux dirigeants de la JSK, qui en guise de protestation ont décidé de démissionner collectivement, indiquent les mêmes sources.



Source link