A quelques jours du début du mois de ramadan, le débat sur l’ouverture des restaurants, cafés et bars refait surface. Les militants pour la liberté de culte et de conscience réclament l’ouverture de ces commerces pendant ce mois. Cependant, cette revendication n’a pas eu un écho auprès des autorités. Profitant de l’ouverture de ce débat, un internaute a annoncé que des commerçants de la région de Ouaguenoun avaient décidé d’ouvrir les cafés, restaurants et bars pendant le mois de carême Qu’en est-il réellement ?

Dans le communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, on peut lire : « A l’instant même (1er avril, ndlr), une réunion de gérants de restaurants, gargotiers et cafés de la Kabylie maritime vient de se terminer ». Il ajoute que le conclave s’est terminé avec plusieurs résolutions. Il s’agit de l’ouverture, pendant le mois de ramadan, des cafés à partir de 6 heures du matin, des restaurants et gargotiers à partir de 10 heures et de l’augmentation des tarifs de consommation de 15% (qui seront reversés automatiquement aux restos Rahma de la région) et, enfin, de l’ouverture des débits de boissons alcoolisées de 10 heures à minuit. Le communiqué est paraphé, selon cette publication, par les commerçants des communes de Ouaguenoun, Aït Aïssa Mimoune, Timizart, Boudjima, Makouda et Iflissen.

Un poisson d’avril devenu viral

Nous avons cherché à savoir plus sur cette information devenue virale sur les réseaux sociaux, où elle a été partagée des centaines de fois depuis sa publication. Nous avons joint des commerçants de la région, lesquels ont démenti cette information. Ces derniers affirment n’avoir tenu aucune réunion pour discuter du sujet. Nous avons aussi rencontré des représentants associatifs de la région qui nous ont assuré qu’il s’agissait d’une farce, sachant que la publication date du 1er avril. Autrement dit, il est question d’un poisson d’avril.

Il faut signaler que dans certaines régions de Kabylie, certains cafés, bars et restaurants sont ouverts discrètement pendant le mois de ramadan. Cette ouverture est la principale revendication des militants pour la liberté de culte et de conscience depuis des années. Ces derniers avaient même tenu plusieurs rassemblements depuis 2013, afin de réclamer la liberté de ne pas faire carême en cachette.



Source link