Le verdict est tombé ce dimanche 22 novembre dans l’affaire de l’ex-député de Bejaïa, Khaled Tazaghart. La Cour de Bejaïa a relaxé le militant, une semaine après la tenue de son procès en appel. Il quittera la prison aujourd’hui après près de deux mois de détention.

En effet, l’ex-député démissionnaire du Front El Moustakbal a bénéficié de la relaxe après son procès en appel tenu le 15 novembre. Un procès qui devait avoir lieu le 8 novembre, avant son report pour des raisons liées vraisemblablement à la pandémie de coronavirus.

A noter que lors de ce procès en appel, le procureur général avait requis l’aggravation de la peine décidée en première instance, c’est-à-dire une année de prison ferme. Et visiblement, la Cour de Bejaïa n’a pas suivi le réquisitoire du représentant du ministère public.

Pour rappel, Khaled Tazaghart a été arrêté samedi 26 septembre à Bejaïa, à son retour d’un rassemblement de soutien aux activistes Yanis Adjlia, Merzoug Touati et Amar Berri. Placé en garde à vue au commissariat de Tichy, il a été présenté le lendemain en comparution immédiate devant le tribunal d’Akbou. Ainsi, il a été condamné le jour même à une année de prison ferme, assortie d’une amende de 100 000 dinars, exactement comme requis par le procureur de la République.

Le collectif d’avocats qui s’est formé pour le défendre a fait appel de ce verdict. Une action qui a abouti au procès du 15 novembre et à la relaxe prononcée ce dimanche en délibéré. Il faut préciser que Khaled Tazaghart était poursuivi pour incitation à attroupement non-armé, publications pouvant porter atteinte à l’ordre public et violation des mesures du confinement sanitaire.

Lire aussi : Kabylie : L’ex-député Khaled Tazaghart condamné à un an de prison ferme

Afficher la suite



Source link