Sur les huit communes qui n’ont pas été concernées par les élections locales du 27 novembre dernier en Kabylie, en l’absence de listes de candidatures, quatre sont localisées dans la wilaya de Béjaïa.

Il s’agit des assemblées élues de Feraoun, de M’cisna, de Toudja et d’Akbou. Que deviennent-elles, au moment où les 48 autres localités vivent au rythme des opérations d’installation des nouveaux maires ? La situation est inédite dans la région.

Cependant, le sort de ces collectivités est d’ores et déjà connu, puisque ce genre d’exception est pris en charge par les dispositions du code communal, à travers son article 51. «Pour le moment, nous sommes toujours en place.

Le P/APC sortant et son assemblée exercent leur fonction le plus normalement du monde, en attendant une décision de la wilaya», nous a déclaré, au téléphone, Haroun Mohamed, maire sortant de la commune de Feraoun, dans la daïra d’Amizour.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
0




Source link