[ad_1]

Le mouvement syndical en Algérie est si faible qu’il ne peut s’imposer, ni remporter de victoires dans cet état de division», a déclaré Chiboune Abdellah, inspecteur du travail à la retraite, à l’occasion d’une rencontre organisée par le CDDH de Béjaïa dans le cadre du 10e Forum des droits humains, pour la célébration du 73e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

La rencontre était une occasion pour des syndicalistes activant dans la région de partager leurs inquiétudes quant à un avenir sombre pour le mouvement syndical en Algérie, et d’engager un débat sur la situation actuelle des libertés syndicales et les perspectives qu’impose la situation générale du pays.

Plaidant pour l’unité des rangs, Chiboune Abdellah estime que «face aux enjeux et défis, notamment ceux qui seront générés prochainement par la nouvelle loi de finances, il faudrait un mouvement syndical fort qui a une ligne unitaire d’action».

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
3


[ad_2]

Source link