Tandis que la destination Algérie reste suspendue au moins jusqu’au 30 mai

La compagnie Transavia, filiale low-cost du groupe franco-néerlandais Air France-KLM, a annoncé, hier, avoir programmé plusieurs vols de rapatriement depuis l’Algérie vers la France, à partir de ce samedi 10 avril.

Concernant la destination en sens inverse, dans la mesure où les frontières algériennes restent complètement fermées jusqu’à nouvel ordre, tous les vols France-Algérie que devait opérer cette compagnie aérienne demeurent suspendus, au moins jusqu’au 30 mai prochain inclus. «Nous avons annoncé cette date pour l’instant, mais la reprise est évidemment conditionnée par l’évolution des décisions des autorités algériennes par rapport aux restrictions de voyage à destination du pays liées à la Covid-19», déclare à El Watan le porte-parole de Transavia France.

«Nous avons mis en place, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères français et en accord avec les autorités algériennes, des vols au départ d’Alger et d’Oran, jusqu’à la fin du mois de mai», explique-t-il. Si les citoyens français n’auront besoin que d’un test PCR négatif de moins de 72 heures pour pouvoir embarquer, les ressortissants étrangers doivent fournir obligatoirement, en plus du justificatif de dépistage à la Covid-19, une «attestation de déplacement vers la France pour motif impérieux».

17 vols au total

Il s’agit au total de 17 vols : 8 vols Alger-Paris Orly et 8 vols Oran-Paris Orly, effectués les mêmes dates (10, 17 et 24 avril ; 1er, 8, 15, 22 et 29 mai) ; un seul vol Alger-Lyon (10 avril). Il faut compter une capacité de 198 passagers pour chaque vol.

La vente des billets se fait exclusivement sur le site Transavia.com. Selon notre interlocuteur, contrairement aux vols commerciaux proposés habituellement à des bas prix, cette fois-ci «la compagnie applique une tarification spécifique pour ces vols spéciaux de rapatriement : Alger-Paris à partir de 229 euros, Oran-Paris à partir de 234 euros et Alger-Lyon à partir de 254 euros».

Pour rappel, juste avant le début de la pandémie de coronavirus (Covid-19) en mars 2020, Transavia prévoyait d’étoffer son offre sur le marché algérien, notamment après avoir récupéré une partie des créneaux de la défunte compagnie française Aigle Azur.

Et la destination Algérie semble toujours être un important fer de lance de la stratégie de croissance post-crise sanitaire de Transavia, particulièrement dans la zone du bassin méditerranéen. Dès le retour à la normale et la réouverture des frontières, son programme de vols commerciaux low-cost sera déployé. Cinq villes algériennes (Alger, Oran, Constantine, Béjaïa et Tlemcen) seront alors desservies à partir de quatre villes françaises (Paris, Nantes, Lyon et Montpellier).


Post Views:
0




Source link